Réserver
FR
covid-19
Accueil > Événements > Les manuscrits de Taqdemt
Partager sur

Les manuscrits de Taqdemt

Parmi les manuscrits orientaux de Chantilly, trente-sept volumes proviennent de la « capitale nomade » (zamâla, devenu en français « smala ») de l’émir Abd el-Kader, prise d’assaut par le duc d’Aumale et ses troupes, dans la région de Mascara, le 16 mai 1843. Les ouvrages appartenaient aux premiers fonds de la bibliothèque de Taqdemt, capitale incendiée par ses habitants avant d’être détruite par les troupes françaises en 1841.

Initié à l’arabe, le duc d’Aumale a fait restaurer les ouvrages recueillis et en a confié l’analyse à de savants orientalistes. La section arabe de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS) en a repris l’étude qui éclaire les milieux savants dans lesquels s’est formé Abd el-Kader.

Contrairement à l’Europe qui a vu se répandre l’usage de l’imprimerie dès son invention, l’empire ottoman a continué à ne produire que des livres manuscrits jusqu’au milieu du XIXe siècle. Les volumes forment un échantillon de la littérature alors en circulation au Maghreb grâce à une centaine de textes, le plus long couvrant près de quatre cents feuillets, le plus court une demi-page. Du XVIe au XIXe siècle, ils sont de précieux témoins de la calligraphie maghribî.

Informations pratiques

Lieu : Château / Cabinet des livres

Tarifs

Exposition comprise dans le billet 1 Jour sans supplément

Commissariat

Marie-Pierre Dion, conservateur général des bibliothèques, musée Condé, avec le concours de Zouhour Chaabane, chargée du signalement des manuscrits arabes à la BULAC, Muriel Roiland, Ingénieure en analyse des sources anciennes, Section arabe de l’IRHT (CNRS), Ismael Warscheid, chercheur à l’IRHT (CNRS), professeur d’études islamiques à l’université de Bayreuth