Réserver

Vous êtes

Pendule aux Trois Grâces
Partager sur

Pendule aux Trois Grâces

  • Localisation : Salon violet
  • Année de création :Vers 1775
  • Artiste :Inconnu

Description

La pendule aux Trois Grâces est probablement l’une des pièces d’horlogerie les plus fameuses du musée Condé.  Le mécanisme est contenu dans une sphère céleste soutenue par trois Grâces reposant sur un socle triangulaire en marbre blanc. De forme triangulaire, aux angles arrondis, ce socle est orné de délicats bronzes dorés ajourés. Les trois Grâces, identiques, prennent appui sur leur jambe droite, la gauche étant légèrement en arrière et relevée. De leurs bras levés en l’air elles soutiennent la sphère, leurs têtes dont la coiffure est agrémentée d’un ruban sont légèrement rejetées vers l’arrière. De leurs mains tombent de grandes guirlandes de roses et feuilles. La sphère est faite d’une tôle peinte en bleue ornée d’éléments en bronze doré : étoiles dans l’hémisphère supérieur et nuage couronné d’un amour tirant une flèche (qui a disparu) de son arc. Sur l’hémisphère inférieur, on trouve des feuilles nervurées encadrant six tiges fleuronnées. Entre les deux hémisphères un cadran mobile en émail est bordé de deux cordages en bronze doré. Une flèche noire fixe indique les heures qui défilent.
Le modèle de cette pendule a été inventé par François Vion autour de 1765 (modèle ayant appartenu à Madame du Barry) : Vion aurait tiré son inspiration d’une pendule aux trois Grâces de Falconet conservée au musée du Louvre. Le modèle connut un certain succès au XIXe siècle. L’exemplaire du musée Condé peut être daté du Directoire.